Voyage au Japon du 22/10 au 02/11 2016. Reportage 2

Nous avons été accueillis au lycée de filles de Sumano-ura à Kobe (http://www.sumanoura.ed.jp), jumelé avec le lycée Estienne d’Orves depuis bientôt quarante ans mais nous avons aussi visité l’école maternelle voisine et la Kobe International School.

Kobe se trouve à côté d’Osaka, dans la zone appelée Keihanshin avec Kyoto. Ce sont les trois plus grandes villes de la région du Kansai et cette région compte 19 millions d’habitant.

 

Quelques écoles japonaises

Les clubs du lycée Sumano-ura

Tous les collèges et les lycées du Japon proposent des clubs à leurs élèves. Les cours s’arrêtent en général vers 15h et les clubs commencent après. Ils ne sont pas obligatoires mais beaucoup d’élèves y vont et y apprennent en plus de la spécialité à gérer le budget et le matériel par exemple.

Nous avons rencontré principalement deux types d'effectifs de club. Il y a des clubs qui ont une vingtaine d'élèves et des clubs qui en ont moins de 5 et même des clubs avec seulement deux personnes !

Les clubs ayant une vingtaine d'élèves sont principalement des clubs de sport, tandis que les clubs moins populaires que l’on a rencontrés sont le club de kendō (art martial japonais du maniement du sabre), le club de course et le club de français.

Les clubs de sport sont tous les jours et, en général, à partir de la fin des cours, pour une durée variant de 1h30 à 3h d'entraînements. Les élèves des clubs de sport que nous avons interrogés trouvent leurs entraînements difficiles généralement. Et bien évidemment, les élèves du club de danse par exemple les trouvent plutôt amusants. Et contre toute attente, les élèves du club de course aussi trouvent les entraînements plus amusants que difficiles.

Les clubs plus particuliers, eux, ne se font qu'un jour par semaine. Par exemple, le club de français est le mardi et le club de kendō et de sadō (cérémonie du thé vert Matcha japonais) sont le mercredi. Les élèves du club de sadō sont entrées dans ce club car elles trouvent que c'est apaisant et apprécient le fait de pouvoir manger des sucreries avant de boire le thé amer. Elles apprécient aussi la professeure qu'elles trouvent gentille.

Les élèves kōhai (cadettes) trouvent généralement leurs senpai (aînées) strictes. Nous avons aussi rencontré quelques élèves, plus rares, qui les trouvent gentilles.

Vidéos du club de sadō.

 

Les bentō à midi

En géneral dans les bentō il y a du riz (gohan), des legumes (yasai), du poulet (chikin), de la salade (sarada), des œufs durs ou en omelette (tamago) et des saucisses.

Les lycéennes aiment bien manger des hamburgers (hanbâgâ), des sushi, de l'omuraisu (une montagne de riz recouvert par une omelette), des udon, des soba, des râmen, du sukiyaki et elles aiment par dessus tout les dango.

Ma correspondante n'aime pas cuisiner mais les autres filles de sa classe aiment bien et elles le font régulièrement pour aider leur mère.

 

Ecole maternelle de Suma

Nous sommes allés le 26 octbre à l'école maternelle de Suma qui est très proche du lycée de Suma.

Le directeur nous a accueillis chaleureusement et nous sommes allés dans une salle de sport, chaussés de chics pantoufles vertes. La salle était très jolie, tous les enfants avaient fait des dessins du drapeau français. C'était mignon !

- Tous les enfants étaient assis et les plus jeunes à droite. Ils avaient entre 3 et 6 ans.

Nous nous sommes tous présentés un par un en français et en japonais. Les enfants ont tous un uniforme. Il y a une chemise blanche, un short ou une jupe noire et une cravate. Puis ils ont tous chanté la chanson « Meunier tu dors »en français. C'était très mignon.

M. Lamacq et M. Antonini ont fait un petit discours pour remercier les professeurs de l'école pour leur gentillesse.

M. Antonini a aussi chanté « Meunier tu dors ». Ensuite les enfants sont retournés en classe. Puis nous sommes repartis avec pleins de petits cadeaux.

Cette matinée était très intéressante et les écoliers très mignons. Merci aux maîtres et maîtresses de l'école.

Kobe International School (KIS)

Nous avons parlé avec les étudiants du lycée de nos loisirs. Même s'ils ne parlaient pas bien français, nous arrivions à nous comprendre. Ensuite nous avons déjeuné entre nous. C'était très bon et nourrissant. Pendant cette pause, mon groupe et moi avons également interviewé le principal adjoint de ce lycée et un professeur d’anglais.

Le principal adjoint nous a expliqué le fonctionnement global de la KIS et ses spécificités, notamment le fait qu’étant peu nombreux, les élèves se connaissent tous et cela crée une bonne dynamique pour la préparation de la fête de la culture ou la fête du sport.

 

(interview de M. Yamanaka)

Ensuite nous avons refait le tour des classes pendant un temps. Nous avons encore participé au cours de français avec les élèves du lycée. En fin de journée nous avons observé l'activité de quelques clubs, notamment celui d'entraînement à la lance, le naginatajutsu. Tous étaient très intéressants. En France, ce genre d'activités scolaires n'existent pas ou ne fonctionnent pas comme ça.  C'était différent de ce que nous connaissions. En bref, ce fut une expérience très intéressante et instructive.

Le naginatajutsu est un art martial japonais. On y étudie le maniement de la naginata, une sorte de hallebarde traditionnelle. À l'origine, le Naginata était l'une des plus dangereuses armes de mêlées utilisées par les généraux ainsi que par les moines-soldats (sohei). Néanmoins, par la suite, son maniement fut essentiellement enseigné aux femmes (afin que la femme d'un samouraï puisse défendre la maisonnée lorsque son époux est absent, en effet outre les bandits, les pillages et les ventes en esclavages des perdants capturés étaient abondamment pratiquées). C'est pourquoi de nos jours au Japon, le naginatajutsu est davantage pratiqué par des femmes que des hommes.

Les lieux visités

Château d'Himeji (Himeji-jō)

Le château d'Himeji se trouve sur la colline Himeyama situé dans la ville d'Himeji, préfecture de Hyōgo.C'est l'une des plus vieilles structures du Japon médiéval, construite pendant l'ère Muromachi (1333-1573) avec des pierres provenant originairement de Chine. Le château est considéré comme un trésor culturel pour le pays mais également aux yeux de l'UNESCO.

Himeji-jō est le plus grand château du Japon, et comprend en tout 83 Bâtiments (dont notamment entrepôts, portes, tourelles,...). Les « shashi-gawara » ressemblant à des dauphins qui ornent son toit sont des animaux mythiques protégeant, disait-on, du feu le toit du donjon. Également, sont présentes des glissières d'angle, situées à différents endroits, qui permettaient de jeter des pierres et de l'huile bouillante sur les assaillants.

Le plus haut bâtiment laisse une vue imprenable sur toute la ville d’Himeji, et sans le moindre vis-à-vis. Cette dernière met en évidence le contraste entre le château ancien, traditionnel et la ville modernisée.

Château de nijo

Nijo-jo est un château situé dans le centre-ville de Kyoto. Construit en 1603 pour Tokugawa Ieyasu, il fut la résidence du premier shogun de la période Edo. Le site entier est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1994.

Situé en plein cœur de l'ancienne capitale japonaise, il s'étale sur 27,5 hectares, dont près d'un pour ses deux vastes bâtiments principaux (Honmaru et Ninomaru), ainsi que de superbes jardins japonais.

Le château en lui même est relativement vaste, et la visite dévoile de superbes pièces en tamami avec de belles peintures de l'époque Edo. On y voit les halls, salles de réception, et même les appartements privés du Shogun qui pouvait y accueillir ses femmes.

La petite anecdote: Le Shogun souhaitant se prémunir des traîtres, a fait poser un parquet « rossignol » dans ses couloirs : quiconque pose le pied sur ce sol entend immédiatement un son semblable au pépiement d'un oiseau, ainsi nulle crainte d’être surpris par des intrus ou des assassins potentiels.

La balade dans les jardins est très agréable : la pelouse, les arbres et les plantes sont bien entretenus. Le style architectural raffiné du château et des divers autres éléments qui composent la demeure témoigne du prestige de Ieyasu.

Kiyomizudera et le quartier d’Higashiyama

Le temple de Kiyomizudera est un très grand temple.

il se trouve dans un quartier ancien de Kyôto : Higashiyama. Dans se quartier il y a beaucoup de boutiques souvenirs en rapport avec kyôto et le temple et beaucoup de petits artisans qui fabrique des éventails, des baguettes ou encore de la vaisselle japonaise.

Le marché Nishiki

Célèbre pour ses mets délicats et le raffinement de ses compositions gourmandes, Kyoto a un marché qui propose des produits de qualité. Un endroit idéal pour faire ses courses.